Renald Bernier

Agir différemment

6 Juil. 2022

Oh que nous l’attendions. Cela fait deux congrès que nous manquons à cause de cette foutue pandémie. Autant de rencontres printanières qui nous ont été retirées de nos agendas. Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus, que nous avons discuté vis-à-vis. Comme cela fera du bien d’échanger en vrai du 11 au 13 septembre prochain à Sherbrooke pour notre congrès annuel.
Ça fait tellement longtemps que nous nous sommes vus qu’il me manque d’espace dans ce texte pour dire tout ce que j’ai à dire et vous rappeler combien j’ai hâte de vous revoir. À ne pas en douter, le chalet numéro un sera on ne peut plus achalandé!
C’est sous le thème Agir différemment que se déroulera le congrès cette année. Que l’on pense à la pandémie, à la place toujours grandissante que prennent les technologies au travail, à la créativité déployée pour faire face aux difficultés de recrutement de main-d’œuvre, à l’intégration des préoccupations de protection de la faune, de l’environnement et la lutte aux changements climatiques, pas de doute, les groupements forestiers ont dû agir différemment ces dernières années! S’ils y sont arrivés, c’est parce que depuis toujours, ils sont intrinsèquement différents. C’est dans leur ADN d’innover et de trouver des nouvelles façons de faire. En quoi consiste la différence des groupements forestiers? Voici quelques pistes de réponse.
Un peu d’histoire
Les premiers groupements forestiers ont vu le jour au début des années 1970 dans la foulée des Opérations Dignité qui visaient à empêcher la fermeture d’une soixantaine de villages de l’est du Québec. Dès le début, les groupements ont été issus de la mobilisation citoyenne et d’une volonté de prise en main de leur avenir par les collectivités via la mise en valeur des ressources du territoire! Depuis, les groupements se sont développés jusqu’à devenir la force incontournable qu’ils sont aujourd’hui.
Ce sont avant tout des propriétaires
Un groupement forestier n’est pas un conseiller forestier ni, à plusieurs égards une entreprise. Un groupement forestier est avant tout un regroupement de propriétaires qui partagent la même passion pour l’aménagement de leur lot boisé et qui ont décidé de se donner des moyens modernes et efficaces pour y arriver, d’où la création d’entreprises.
Les groupements forestiers sont gérés par et pour les propriétaires de boisés. En mettant en commun leurs ressources, ils sont en mesure d’offrir une vaste gamme de services. Au sein de chaque groupement, on retrouve ainsi une équipe de professionnels pouvant comprendre des ingénieurs forestiers, techniciens, biologistes et autres spécialistes dédiés à la mise en valeur des ressources forestières.
À cet effet, les propriétaires se sont donné une gouvernance propre qui assure que les décisions sont prises démocratiquement par les propriétaires regroupés membres. Cette gouvernance assure aussi le traitement équitable des membres et que cette gestion collective des opérations profite à la communauté.
Ce sont des moteurs du développement régional
Les groupements forestiers sont des instruments de consolidation des forces vives du milieu en maintenant en place une main-d’œuvre capable et efficace. Ils consolident également le tissu régional en favorisant les achats locaux et les implications sociales ainsi qu’en veillant aux intérêts forestiers et environnementaux des collectivités régionales.
Le modèle d’affaires des groupements forestiers est unique et génère des retombées significatives en ce qui concerne la consolidation régionale, l’utilisation des surplus, la mise en valeur des superficies. Pour le gouvernement, ce modèle d’affaires est garant de l’investissement public, par le regroupement des superficies, l’engagement et l’encadrement des propriétaires de même que la production de bois.
Ce sont des organisations innovantes
Les groupements forestiers, d’organisations artisanales qu’elles étaient, sont devenus des entreprises modernes et expertes en matière d’aménagement forestier et de mise en marché des bois récoltés. Plusieurs innovations ont eu cours au fil des ans. La certification forestière, les saines pratiques, la mobilisation des propriétaires, le développement technologique en sont quelques exemples qui ont diversifié le panier de services des groupements. Aujourd’hui, les propriétaires regroupés ont accès à des services d’aménagement faunique et acéricole, des études d’impacts, de l’agroforesterie et j’en passe.
Au fil des ans, les propriétaires de boisés se sont approprié leur développement en intégrant de façon durable les notions de protection et de pérennité de la ressource. En témoigne, le partenariat intervenu entre Groupements forestiers Québec et Conservation de la nature Canada pour le développement de corridors écologiques. En assurant la connectivité entre les milieux naturels, on permet ainsi à plusieurs espèces animales et végétales de se déplacer vers des habitats où ils peuvent combler leurs besoins.
Et le plus beau est à venir

Le congrès à venir sera donc l’occasion d’exprimer à nouveau notre différence. Une différence qui est appelée à s’exprimer de façon encore plus marquée, notamment, avec l’Offensive de transition numérique en vertu de laquelle le ministère de l’Économie et de l’Innovation a choisi Groupements forestiers Québec pour piloter le virage technologique à réaliser en forêt privée. Un virage que nous allons réussir en collaboration avec les propriétaires sur le terrain. Au plaisir de vous retrouver tous enfin lors de notre congrès!