Martin Béland

Bienvenue monsieur le ministre Blanchette

18 Oct. 2016

Petit électrochoc à la fin de mes vacances : Luc Blanchette remplace Laurent Lessard à la tête du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFPP). Légère commotion pour le secteur, mais comme le disait les français il y a longtemps, «Le roi est mort, vive le roi!».

Un très bon candidat

Nous ne connaissons pas encore le nouveau ministre, ni son équipe politique. Cependant, je constate qu’il dispose de plusieurs atouts pour devenir un bon ministre responsable des forêts.

Il est député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et ministre responsable de deux grandes régions forestières, l’Abitibi et le Nord-du-Québec. Sa formation d’économiste et ses expériences professionnelles orientées vers le développement lui procurent un formidable bagage pour jouer un rôle dynamique.

Je vous avoue avoir apprécié le fait qu’il m’ait contacté directement quelques jours après sa nomination afin d’établir une relation constructive. Même s’il s’agit de sa première responsabilité de ministre, tout cela inspire confiance.

Merci monsieur Lessard

Laurent Lessard a occupé le poste de ministre responsable des forêts depuis l’arrivée au pouvoir de Philippe Couillard. Dans le contexte souvent difficile du secteur forestier, monsieur Lessard a posé plusieurs gestes que nous avons appréciés.

Dès sa nomination, en présence du premier ministre, il annonçait un investissement supplémentaire en sylviculture. Il a aussi toujours été à l’écoute et nous avons eu l’occasion de le rencontrer à plusieurs reprises. Il nous a fait l’honneur de toujours être présent pendant nos congrès tout en faisant la démonstration qu’il connaissait nos préoccupations.

L’une de ses dernières annonces, une aide publique de plus d’un million$ pour contribuer à un investissement utilisant la biomasse dans une communauté Crie est un projet porté par la Fédération.

Enfin, soulignons que nous avions de saines relations avec les membres de son cabinet. Bref, merci pour votre passage dans le secteur forestier et bonne chance pour la suite de votre carrière politique où les défis ne manqueront probablement pas.

Jeune équipe pour diriger le MFFP

L’arrivée du ministre Blanchette survient dans un contexte particulier. Rappelons que Sylvain Boucher a remplacé en juin Richard Savard au poste de sous-ministre au MFFP.

Daniel Richard avait lui-même remplacé Jean-Sylvain Lebel environ un an avant au poste de sous-ministre associé aux opérations régionales. Ronald Brizzard est le plus expérimenté, il occupe le poste de sous-ministre associé au secteur forêt depuis un peu plus de deux ans.

Enfin, ajoutons que Louis Pelletier a remplacé Gérard Szaraz comme Forestier en chef au tout début de l’année. Considérant le rôle majeur que doit jouer le MFFP, il s’agit d’une équipe très jeune. En étant responsable de la planification forestière, de la réalisation des travaux sylvicoles, de la vente du bois sur le libre marché pour établir la valeur des redevances et aussi de toutes les règles pour intervenir dans la forêt publique, ce ministère exerce une influence déterminante sur la santé du secteur.

Voyons les choses en face, cette équipe est nouvelle et elle doit apprendre à composer avec le régime forestier actuel sans avoir eu à le concevoir.

Finalement, n’est-ce pas une occasion pour se remettre vraiment en question? Le nouveau régime forestier est très loin d’avoir rempli ses promesses. En profitant de l’élan que devrait donner le Forum Innovation Bois, le nouveau ministre pourrait mobiliser tout le ministère pour mettre en oeuvre la stratégie de production de bois en s’assurant de proposer une vision intégrée de l’ensemble de la chaîne de valeur des produits forestiers. Il s’agit d’une occasion qu’il ne faut pas manquer.

Un malaise

Je ne peux pas conclure cet éditorial sans mentionner le malaise que j’ai ressenti au moment de l’annonce du remaniement. Pratiquement tous les commentateurs ont mentionné le retour aux affaires publiques du ministre Lessard. Lui-même semble avoir confirmé cette sortie de l’ombre. Est-ce que le secteur forestier est devenu à ce point négligeable que le passage à ce ministère devient un purgatoire?

Malgré ses récents déboires, la forêt québécoise constitue un fleuron pour le Québec. Avec un ministre convaincu et dynamique, nous pouvons faire rayonner à nouveau cette forêt québécoise, notamment grâce aux vertus du matériau bois et à l’immense potentiel de son territoire afin de contribuer au développement durable. Soyez assuré, monsieur le ministre, que nous serons à vos côtés pour y parvenir.