Houle Bellerive

Bienvenue monsieur le Ministre Dufour

2 Nov. 2018

Le 18 octobre dernier, le premier ministre Legault a procédé à l’annonce de son premier cabinet. Nous saluons sa composition paritaire et souhaitons bonne chance à cette nouvelle équipe. Tout particulièrement, nous souhaitons la bienvenue au ministre Pierre Dufour, le nouveau ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs.

PIERRE DUFOUR ENCORE À CONNAÎTRE

Nous voulons changer cela rapidement, mais, au moment d’écrire ces lignes, les coopératives forestières ne connaissent pas le nouveau ministre responsable des forêts. Nous partons avec une perception positive parce qu’il provient d’une région, l’Abitibi, où la forêt revêt une grande importance.

Son parcours démontre aussi un fort engagement pour le développement local. Ce sont des atouts précieux pour comprendre et appuyer stratégiquement le secteur. De plus, la CAQ a été claire dans les pages de ce journal quant à sa reconnaissance de l’importance du secteur et de sa volonté de créer un environnement d’affaires stable et prévisible. On peut difficilement demander mieux. Bonne chance et bienvenue!

BEAUCOUP DE CHAUDRONS SUR LE FEU

Le nouveau ministre arrive dans une période de forte effervescence. L’ancien gouvernement avait lancé plusieurs chantiers qui méritent de poursuivre leur cheminement. Mentionnons surtout le projet de stratégie de production de bois qui constitue une occasion exceptionnelle de mobiliser tout le secteur autour d’un véritable projet de société.

Tous les efforts pour soutenir la transformation de l’industrie doivent aussi se poursuivre, notamment le volet de la construction en bois, en hauteur et dans les secteurs non résidentiels, et bien sûr le volet énergétique.

Au niveau sylvicole, l’ancien gouvernement avait pris plusieurs engagements nécessaires pour stabiliser ce segment indispensable pour remettre en production les forêts. Nous espérons que ces engagements pour la planification collaborative, le maintien des budgets d’ERTS, la transposition intelligente des taux et la possibilité de consolider l’industrie se maintiendront.

Le MFFP voulait aussi bien positionner le secteur forestier dans la stratégie de main-d’œuvre du Québec. Il faut absolument que cela se poursuive. La campagne une «Une forêt de possibilités » doit aussi continuer afin de diffuser des messages positifs auprès du grand public.

AMÉLIORER LE RÉGIME FORESTIER?

Le secteur forestier a besoin de continuité et de cohérence. Ce n’est pas un canoé qui se retourne facilement. Est-il possible d’améliorer le régime forestier sans compromettre les acquis et tous les engagements qui ont contribué à améliorer l’acceptabilité sociale de nos activités ? J’espère que oui.

La tournée en cours pour la planification collaborative est très positive. Il est possible de s’en ins- pirer. Elle permet de réunir, dans toutes les régions, des représentants du MFFP, de Rexforêt et des entreprises qui réalisent les travaux, avec leur association. La tournée promeut la concertation et elle propose des modifications importantes dans le fonctionnement afin que toutes les ressources disponibles soient mieux utilisées et que le système devienne plus efficient.

Dans le même esprit pour la récolte, Il faudrait que la planification implique davantage tous les acteurs. L’objectif consisterait à disposer d’un horizon de trois ans avec des secteurs prescrits et harmonisés. Sans cette souplesse, nous absorberons difficilement le prochain ralentissement des marchés. Il ne faut pas remettre en question le système de vente de bois aux enchères, mais il faut que le BMMB cesse de perturber la planification des BGA. Le système doit aussi changer de cible pour viser la juste valeur du bois plutôt que l’optimisation de la rente à l’État. Le dossier est complexe, mais il faut réduire la pression qui s’exerce au bout de la chaîne sur les entrepreneurs.

Enfin, il y a tout un chantier à entreprendre pour recréer des synergies entre la sylviculture et la récolte, surtout au niveau de la planification de la voirie. Nous n’avons certainement pas les moyens d’être aussi peu efficaces.

MERCI MONSIEUR BLANCHETTE

La politique est un monde cruel. Après une implication exceptionnelle à diriger le MFFP, monsieur Blanchette n’a pas réussi à se faire réélire. Sans aucune partisannerie, je me permets de le remercier pour ses efforts déployés et pour l’écoute qu’il a manifestée pour trouver des solutions aux problèmes. Pendant votre passage au MFFP, vous avez fait avancer les choses et nous tenterons maintenant de préserver les acquis qui en découlent. Bonne chance pour vos prochains projets.