Claude Dupuis

Biomasse forestière, c’est le temps de faire feu!

13 Mai. 2014

L’annonce simultanée, par le gouvernement, du lancement du Programme de biomasse forestière résiduelle et de sa volonté politique de mettre en place un fonds d’investissement en collaboration avec Fondaction et notre fédération, est une excellente nouvelle. Celle-ci offre à nos coopératives les outils qu’elles avaient besoin pour développer de façon structurée et performante la filière de la biomasse forestière pour la production de chaleur. C’est maintenant le temps de faire feu et de passer à l’action.

Un appui impressionnant

En mai dernier, dans cette même page, je vous mentionnais que notre fédération venait de déposer à différents ministères du gouvernement du Québec, son plan directeur de développement et de financement de la filière de la biomasse forestière destinée à la production de chaleur. J’en profitais alors pour remercier vivement nos partenaires institutionnels, gouvernementaux et professionnels qui nous avaient accompagnés dans cette rigoureuse démarche. Devant les résultats obtenus, il m’importe maintenant de souligner l’impressionnant appui de notre partenaire, Fondaction et celui du président du comité de coordination du plan, Robert Beauregard, de l’Université Laval. Ceux-ci ont supporté nos démarches de représentation, tantôt pour expliquer les effets réels des gains qu’offrent les projets de substitution des énergies fossiles par de la biomasse forestière résiduelle en termes de réduction des gaz à effet de serre, tantôt pour démontrer qu’avec un financement adapté et patient les projets de qualité de chaufferies à la biomasse, où la coopérative est en contrôle de toute la chaîne de valeur, pouvaient offrir un rendement financier intéressant. Je tiens aussi à remercier la Fédération Québécoise des Municipalités qui supporte le développement de cette filière et qui a formellement appuyé nos démarches auprès du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire visant à permettre aux municipalités qui le souhaitent de signer des ententes à long terme pour l’achat d’énergie produite à partir de biomasse forestière. Enfin, je dois souligner à grands traits la collaboration des différents ministres, du personnel de leur cabinet et de plusieurs fonctionnaires dont particulièrement ceux des Finances et de l’Économie, des Ressources naturelles et du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, pour leur écoute, leur ouverture et surtout pour les résultats. Il reste encore des éléments du plan directeur à mettre en place, mais un grand bout de chemin est réalisé.

Aux coopératives à passer à l’action

L’épuisement des budgets des programmes favorisant la substitution des combustibles fossiles par de la biomasse forestière pendant une période de plus d’une année a certainement ralenti les ardeurs de nombreux clients intéressés de même que ceux de plusieurs promoteurs. Cette pause a tout de même permis de faire un certain bilan des projets réalisés. Parmi les constats qu’on peut tirer, force est de constater que les projets à succès allient de bons équipements ou de bonnes technologies avec un combustible ou une biomasse de qualité en parfaite concordance avec les spécifications techniques recommandées. Ces éléments de succès indissociables sont particulièrement difficiles à concilier dans un processus d’appels d’offres classiques où ce lien est brisé et où le critère de sélection est le plus bas prix. Avec le nouveau programme, l’accès à un fonds d’investissement et l’importante expertise acquise dans toutes les phases de la gestion et de l’opération de la chaîne d’approvisionnement, grâce notamment aux travaux de la Coopérative forestière de La Matapédia, les coopératives forestières ont tout en main pour contrôler tous les paramètres de succès et réaliser des projets performants. À cela, elles peuvent ajouter la force du travail en réseau à travers leur fédération qui, au cours des dernières années, a développé une très bonne expertise technique (approvisionnement, génie mécanique et analyse économique). Notre fédération est en mesure, à partir de sa filiale, Service Forêt-Énergie, et de différents partenariats d’affaires, d’offrir tout le support nécessaire à la réalisation des projets. J’invite donc nos partenaires, gestionnaires industriels, de commerces ou d’institutions à réfléchir, particulièrement pendant cette période des fêtes qu’on passe souvent près d’un bon feu de foyer, à l’excellente offre que sont en mesure de leur faire les coopératives forestières afin de leur fournir, à prix compétitif, la chaleur essentielle dont ils ont besoin, et ce, sans aucun souci.