Jocelyn Lessard

Bonne saison!

28 Avr. 2020

Au moment d’écrire ces lignes, encore plus que d’habitude, la nouvelle saison en forêt se prépare fébrilement. Les pépinières sont déjà en action, la sylviculture puis la récolte suivront. Nous n’avons jamais fait face à un défi de cette ampleur, mais nous serons prêts.

Les communications au cœur du processus.

Devons-nous produire un cahier spécial sur le COVID-19 dans Le Monde forestier ? Vous n’êtes pas tannés d’en parler ? En se posant cette question, nous avons posté deux paragraphes sur notre page Facebook, juste pour confirmer que la saison sylvicole aurait lieu et pour préciser que nous allons prendre les précautions pour protéger les travailleurs. Nos publications réussies rejoignent autour de 2 000 personnes; ces deux paragraphes en ont atteint 40 000. Plusieurs travailleurs sylvicoles ont aussi commenté. Ils étaient unanimes et passionnés. D’une manière souvent rigolote, ils déclaraient qu’ils avaient hâte d’être dans le bois. Bien content de voir qu’ils parlent positivement de ce métier et, oui, il faut informer les gens.

Il faut intégrer la notion que les humains réagissent en fonction de leur perception. Il faudra communiquer assidument et écouter les peurs qui seront exprimées face à cette menace. Nous devrons les rassurer avec des explications crédibles appuyées par des moyens concrets. Il ne suffira pas de dire, « ne vous en faites pas, venez travailler ». À l’autre extrémité, il faudra aussi conscientiser les insouciants face à la menace. Ils peuvent être dangereux pour eux-mêmes et pour les autres. Cette attitude est étrange après tout ce à quoi nous sommes exposés, mais il faudra trouver des arguments pour les atteindre. Nous avons besoin de tout le monde.

Des conditions exceptionnelles

Quand ils sont en forêt, isolés dans un vaste territoire, les travailleurs ne risquent pas d’être contaminés. Dans les pépinières, la distanciation est plus compliquée, mais nos membres font preuve d’ingéniosité pour les séparer et répartir les tâches dans l’ensemble du site.

Les défis pour protéger les travailleurs du coronavirus en forêt surviennent quand ils se regroupent ou quand ils partagent des équipements. Les travailleurs en forêt privée qui sont à proximité peuvent voyager seuls. Pour eux, les précautions sont limitées. À cause des grandes distances en forêt publique, plusieurs travailleurs voyagent ensemble, parfois dans des minibus. Plusieurs sont aussi hébergés en forêt où les précautions seront multiples. En scrutant chaque étape attentivement, il est possible d’identifier les risques afin de les réduire. Il faudra aussi s’assurer de surveiller les symptômes et de prendre des décisions rapides, pour le bien de tous.

Le temps de la collaboration

La pandémie a un bon côté; elle force la collaboration. Le MFFP a donné le ton. Tôt dans le processus de préparation de la saison pour s’adapter à la COVID-19, il a démontré sa détermination. Toutes les mesures seront prises pour réunir les conditions afin de réaliser les travaux. La culture de collaboration entre le ministère, Rexforêt et les acteurs de l’industrie de l’aménagement a toujours existé, mais un nouveau palier a été atteint. Merci et continuons dans cette voie svp.

La collaboration a aussi été importante entre les associations qui ont partagé leurs travaux et réflexions. Les comités sectoriels de l’aménagement forestier et de la transformation du bois se sont associés pour préparer une réponse globale validée par la santé publique pour protéger les travailleurs et les informer adéquatement.

Entre les coopératives, la collaboration a aussi été exceptionnelle. Tout le monde est disponible et nos instances internes sont populaires pour faire circuler l’information et les bonnes idées. Les coopératives veulent aussi utiliser le pouvoir d’achat du réseau pour s’approvisionner en produits et équipements pour faire face à la crise. Soyez confiants, nous sommes prêts pour une autre saison sylvicole qui sera mémorable pour de bonnes raisons.

Je conclus mon message en remerciant Benoit Houle-Bellerive pour son dévouement à la présidence de la Fédération. Son concours a été précieux pendant ces deux années qui ont passé trop vite. Il a conclu son mandat en présidant de main de maître la première assemblée générale annuelle virtuelle. Il me fait aussi très plaisir de souhaiter la bienvenue à Stéphane Gagnon comme nouveau président. Il a la carrure pour réussir à cette fonction et il est enthousiaste à l’idée de se dévouer pour le réseau.