Renald Bernier

Donner ou recevoir?

3 Fév. 2015

Dernièrement, je suis passé au bureau de RESAM. Comme je suis arrivé en avance, j’ai pris le temps de feuilleter le recueil des éditoriaux. Comme je devais écrire celui du temps des Fêtes, j’ai porté une attention particulière à ceux de décembre. Règle générale, c’est le moment que je choisissais pour faire ma liste de cadeaux. En fait, ma liste de demandes auprès des dirigeants.

Peut-être que ma réalité de grand-père me fait changer. Peut-être que le fait de voir mes petits-enfants s’émerveiller m’a enseigné que donner peut être aussi agréable que recevoir. Mais peu importe la raison, j’ai décidé que cette année, j’agirais en père Noël…!

La création de richesse, une priorité

J’en ai parlé depuis plusieurs mois, le ministre l’a fait tout autant. Il est désormais temps de faire en sorte que la forêt privée atteigne son plein potentiel de création de richesse.

Cette création de richesse passera en premier lieu par une augmentation significative de la part de la forêt privée dans l’approvisionnement des industries de transformation du bois. En tant que groupements forestiers et surtout en tant qu’organisation de propriétaires regroupés, nous avons fait nôtre cette volonté et nous déployons nos efforts afin de mener la production de bois en forêt privée à un autre niveau. C’est notre priorité!

Cadeau numéro un

OK, vous me direz :«Ce sont de bien belles paroles, mais où est le cadeau là-dedans?» Laissez-moi être plus clair. Le premier cadeau que nous faisons aux partenaires de la forêt privée et à la population du Québec en général est de mettre le principal réseau de producteurs forestiers à pied d’œuvre dans la recherche de création de richesse. En effet, de par le lien privilégié entre le producteur forestier et son groupement, nous avons créé au fil des quarante dernières années une réelle culture de l’aménagement forestier. Cette culture a permis aux propriétaires regroupés de réellement s’engager dans la mise en valeur de leur boisé, et ce, jusqu’à la récolte de bois.

Lorsque l’État nous dit qu’il veut des propriétaires engagés pour relancer le secteur de la forêt privée, nous pouvons répondre qu’il possède déjà un réseau plus que jamais prêt à relever le défi qui se présente à nous.

Cadeau numéro 2

Il est évident que les temps ont bien changé depuis les vingt dernières années. On ne pourra pas penser récolter autant de bois en utilisant la stratégie des «pilleurs de lots d’antan». La demande pour des travaux de haute qualité, respectueux des objectifs des producteurs et de l’environnement est maintenant la norme et pas question d’y déroger.

Les propriétaires regroupés ont été des précurseurs dans l’aménagement durable des forêts privées. Nous nous sommes donné un code de saines pratiques avant même que la certification forestière devienne une réalité et nous avons été les premiers à certifier notre bois.

Nous sommes en mesure d’offrir aux partenaires de la forêt privée un réseau d’entreprises qui sont en mesure d’assurer que les bois récoltés respectent non seulement les plus hauts critères environnementaux, mais aussi les aspirations des propriétaires. Et pour quiconque connaît la réalité de la forêt privée, ce respect des aspirations est un gage de confiance et de production à long terme.

Le bas de Noël

Plusieurs caractéristiques des groupements forestiers pourront contribuer à la création de richesse en forêt privée. Par contre, il serait illusoire de croire que tout est parfait et que l’on a qu’à attendre que les prix montent. Il est important de se poser la question: «Que peut-on améliorer dans le système afin d’être plus efficace, afin d’augmenter encore plus rapidement la production de bois en forêt privée?» À cet effet, nous avons décidé d’inviter tous les groupements forestiers à partager leurs réflexions lors d’une rencontre qui se tiendra cet hiver. Ce sera l’occasion de faire le bilan des forces et faiblesses du système, de la capacité réelle de récolte de bois à court et moyen terme et des forestier du Québec principaux moyens à mettre en place afin de mobiliser le bois en forêt privée. Il s’agit sans conteste d’un travail important qui sera réalisé dans les prochains mois.

En tant qu’acteurs de premier plan dans la mise en valeur des forêts privées du Québec et dans la mobilisation des bois, nous pouvons permettre à l’État ainsi qu’à nos partenaires d’atteindre nos objectifs communs efficacement et rapidement en mettant toute l’expertise de notre réseau à contribution.

En guise de conclusion

J’ai probablement gâché la surprise en vous dévoilant mes cadeaux avant Noël, mais un peu comme avec mes petits-enfants, j’avais vraiment hâte de voir votre visage! À tout un chacun, aux propriétaires regroupés et aux membres des groupements forestiers, je vous souhaite un joyeux temps des Fêtes et une bonne année 2015.