Renald Bernier

Mon allocution au congrès 2016

18 Oct. 2016

Distingués invités, partenaires, membres des groupements forestiers, mes chers amis.

Nous accueillons aujourd’hui la nouvelle équipe à la tête du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs: monsieur LUC BLANCHETTE, ministre, qui est aujourd’hui représenté par son adjoint parlementaire, monsieur JEAN BOUCHER, député d’Ungava ainsi que le sous-ministre, monsieur SYLVAIN BOUCHER. Malheureusement un engagement pris il y a plusieurs semaines retient M. Blanchette à Iqualuit. La course de taxi aurait été trop couteuse mais ce n’est que partie remise.

Nous avons déjà prévu une rencontre dans les prochaines semaines. Messieurs, je suis très content de vous accueillir dans la grande famille de la forêt et spécialement dans celle de la forêt privée. Vous constaterez que notre secteur est composé de personnes attachées à leur région qui ne rechignent pas devant les défis et les efforts.

Soyez assurés du support des groupements forestiers dans l’exercice de vos fonctions. Je tiens aussi à prendre quelques instants pour remercier monsieur LAURENT LESSARD pour le travail réalisé au cours des dernières années. Il a su donner une impulsion positive à la forêt privée. Nous aurions peut-être pu lui demander de régler la course de taxi mais bon… il a surement d’autres préoccupations à l‘heure actuelle.

_____________________

Vous connaissez Douglas McArthur, le général américain, héros de la Guerre du Pacifique? Il disait que « l’on ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. » Si nos groupements forestiers sont encore aussi pertinents aujourd’hui, c’est que nous avons su poursuivre notre idéal au cours des quarante dernières années.

Celui de mettre en commun nos forces afin de créer de la richesse dans nos régions forestières. Aujourd’hui, nous sommes le principal acteur dans la mise en valeur de la forêt privée. Près de 80% des propriétaires qui ont un statut de producteur forestier sont membres de nos organisations.

Chaque dollar du programme de mise en valeur de la forêt privée sert de levier pour créer un chiffre d’affaires 7 fois plus grand qui, ne l’oublions pas, retourne dans nos communautés! Nous avons poursuivi notre idéal et nous sommes de réels créateurs de richesses. Félicitations!

_____________________

AUX COMMANDES! Le thème de notre congrès sonne bien à mon oreille. Nous sommes maintenant à un moment déterminant pour l’avenir de la forêt privée. Votre expertise et votre notoriété ont permis d’augmenter de 6 millions de dollars les investissements de l’État.

Ils ont aussi permis l’apparition de mesures fiscales attendues depuis fort longtemps. Le ministère a établi un objectif clair, celui de récolter 1 million de mètres cubes de plus en forêt privée. Nous lui avons assuré que les groupements forestiers étaient son meilleur allié dans cette démarche. Même si l’objectif est très ambitieux, même si le marché des bois n’est pas encore solide, même si la grille de taux demande encore beaucoup de travail pour être efficace, nous devons réussir. Nous avons le contrôle de notre avenir, de ce qui nous attend.

_____________________

Vous le savez peut-être mais j’aime bien John Maynard Keynes. Ce doit être un relent de ma lointaine formation d’économiste.

Bien, monsieur Keynes nous disait que « la difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes. » Cette maxime m’oblige à saluer une fois de plus l’attitude des groupements forestiers!

Vous avez quitté le confort de vos vieilles pantoufles et vous avez embrassé le changement. Vous avez pris les COMMANDES! Je suis fier de dire que tous nos membres ont fait les changements nécessaires pour se conformer au modèle d’affaires des groupements forestiers.

Rappelons-nous que ce modèle assure à l’État que les décisions sont prises par et pour les producteurs forestiers. Nous sommes les seuls qui puissent garantir aux contribuables que les fonds publics sont bien utilisés. Nous n’en sommes pas restés là!

Bien conscients que notre environnement a changé, nous avons tous amorcé une introspection afin de développer une planification stratégique adaptée au nouveau contexte. Nous avons pris les COMMANDES.

Vous avez aussi contribué à la fabrication d’une grille de taux transitoire en forêt privée. Les groupements ont été fortement sollicités dans cette démarche. Nous avons pris cette activité sérieusement, et un groupe de travail supporté par des consultants ont produit deux mémoires sur le sujet. Les balises qui ont été mises en place permettront d’obtenir rapidement des conditions acceptables. Encore une fois, AUX COMMANDES!

_____________________

Saint-Exupéry disait que « dans la vie il n’y a pas de solutions ; il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent. »

Les groupements forestiers sont en marche depuis longtemps. Nous n’avons pas attendu cette saison pour augmenter nos livraisons de bois, nous avions commencé l’année dernière. Avec la mise en oeuvre de la reconnaissance du modèle d’affaires des groupements forestiers, nous mobilisons nos propriétaires depuis 5 ans. Les forces sont réellement en marche.

À tous nos partenaires, je vous invite à travailler avec nous. Dans ces temps de changement, nous avons plus besoin de coopération que de compétition malsaine. Travaillons sur ce qui nous rassemble et laissons de côté ce qui nous divise.

Si nous sommes pour mettre la forêt privée sur la carte, tous devront y contribuer. À court terme, il faudra bien terminer le travail entourant la grille de taux afin qu’elle corresponde aux réalités rencontrées sur le terrain.

Nous avons cette année, un outil de transition. Maintenant, il nous faut un outil qui favorise l’aménagement. Nous avons été en mesure de le faire en forêt publique, nous devons le réaliser aussi en forêt privée. Il n’est plus question d’avoir de « mur à mur ». Cette situation est ineffi cace et préjudiciable pour plusieurs régions.

Que penser de l’accès aux marchés pour les bois de la forêt privée? Il faut absolument créer une synergie entre la forêt privée et publique afin d’assurer l’approvisionnement des usines. Il est désormais temps de laisser derrière nos vieux réflexes et créer un réel partenariat. Un partenariat qui sera équitable autant dans les bons que les mauvais moments; pour l’État, pour l’industrie de la transformation et pour les groupements forestiers car n’oublions pas : « aucune société ne peut prospérer et être heureuse, dans laquelle la plus grande partie des membres est pauvre et misérable. » C’est encore de Keynes…

« Trop gouverner est le plus grand danger » dit-on. Ne serait-il pas le temps de donner réellement de la place aux professionnels forestiers plutôt que de s’astreindre à des cahiers de normes et de vérifications qui ne donnent souvent qu’une apparence de contrôle?

Plusieurs millions de dollars sont engloutis dans ces procédures alors qu’ils pourraient être dirigés sur le terrain. Nous n’avons plus, je crois, les moyens de nous payer cette inefficacité. Il est temps de faire autrement, de sortir de ce que nous avons toujours connu.

_____________________

J’aurais bien des choses à vous dire mais je me limiterai à dire que j’aime bien la position qu’occupe la forêt privée actuellement. Non, ce n’est pas parfait, bien sûr. Mais il y a longtemps que nous n’avions pas vu de lumière au bout du tunnel en ne craignant pas que ce soit un train! Je vous remercie d’être devant la parade. C’est tellement facile de défendre une vision de développement. Merci beaucoup!