Houle Bellerive

Prêts pour la saison sylvicole 2018-2019?

28 Juin. 2018

Nous débutons la saison en même temps que la nouvelle période quinquennale et nous sommes prêts, enfin presque. Les échanges ont été intenses pour définir le nouveau cadre dans lequel vont se réaliser les travaux et plusieurs décisions nous plaisent. Les travaux se poursuivent. Voici un bref tour d’horizon autour des quatre axes du consensus.

Dans ma région, nous y sommes pratiquement. Ailleurs, il reste des choses à améliorer pour que les entreprises contribuent davantage à la planification. Je ne dispose pas d’un portrait précis, mais il existe, ce printemps, des écarts entre les régions. Certaines ont en mains une programmation assez complète, mais d’autres, pour des raisons variables, n’ont pas encore tout ce qu’il faut pour savoir ce qu’ils vont réaliser pendant la saison.

C’est loin de l’idéal. Réjouissons-nous parce que la situation s’améliore globalement, mais surtout, parce que les travaux du sous-comité permettront vraisemblablement de définir un cadre dont pourront se prévaloir toutes les entreprises. Une tournée des régions doit d’ailleurs s’effectuer pour mettre tout le monde au diapason.

BUDGET DISPONIBLE

Les coopératives y tenaient beaucoup et le ministre Blanchette a consenti à préserver les enveloppes de base qui s’appliquaient pendant la première période quinquennale. Ce point est positif pour stabiliser les entreprises et leurs travailleurs. Afin de satisfaire le Vérificateur général, qui souhaitait une plus grande part de budget pour le libre marché, le MFFP a obtenu un budget supplémentaire qui sera affecté au libre marché. C’est ce que souhaitait la Fédération. À cause de la transition, il n’est pas certain que les budgets supplémentaires seront entièrement engagés cette année, mais tout va bien.

CONSOLIDATION DE L’INDUSTRIE

Afin de faciliter la consolidation de l’industrie, le MFFP a mis en place un sous-comité chargé d’établir comment autoriser la vente d’ERTS. Il s’agit d’une ouverture importante tant pour ceux qui veulent vendre ou acheter. Cela facilitera la consolidation. Les travaux ne sont pas complétés, mais les échanges sont constructifs. Il faut, bien sûr, qu’il y ait des balises dans le processus.

Le MFFP tient absolument à s’assurer de maintenir une saine concurrence dans toutes les régions. Il est aussi possible que l’adoption de règles permette de faciliter des échanges de nature plus administrative, qui sont aussi souhaitables.

LE MARCHÉ LIBRE

Il s’agit, bien sûr, du volet le plus sensible. Les appels d’offres publics (AOP) constituent l’ingrédient le plus menaçant du système. Jusqu’à maintenant, et cela se confirme cruellement encore cette année, ils ont conduit à des baisses de taux dramatiques. Il est confirmé que, pendant la nouvelle période quinquennale, les résultats des AOP seront transposables, tant dans l’historique des entreprises que dans les taux.

Les associations avaient accepté le principe pour les taux, mais elles n’étaient pas à l’aise avec l’effet sur l’historique, lequel pouvant créer une motivation supplémentaire, dangereuse, pour faire baisser les taux. Les associations souhaitaient aussi que les autres mesures soient en place avant de passer à cette étape. Elles voulaient que les règles des AOP soient plus claires et moins orientées pour seulement faire baisser les taux.

Parce que 2018-2019 est une année de transition, il a déjà été convenu que cette année ne compterait pas pour la révision de l’historique. Seuls les travaux attribués selon un nouveau système à définir serviraient alors à la transposition des taux. Comme ce chantier n’a pas encore avancé cette année et comme les règles n’ont pas encore été modifiées, il faudra voir, plus tard, ce qui sera retenu des appels d’offre de 2018-2019.

ET LA MAIN-D’OEUVRE?

Nous avons besoin d’une main-d’oeuvre compétente et engagée. Dans un contexte de pénurie généralisée, le travail à forfait, saisonnier déployé dans des territoires immenses, n’est pas exactement gagnant. Cela semble d’ailleurs de plus en plus complexe. Notre coopérative s’en sortait bien jusqu’à maintenant, mais cela devient difficile, même pour le reboisement. Toutes les mesures qui ont été adoptées, qui vont s’appliquer durant la période quinquennale qui débute, auront une influence sur notre capacité à attirer et retenir les ouvriers et le personnel technique. Plusieurs vont dans la bonne direction. Soyez assurés que nous suivrons attentivement les travaux en cours avec la perspective de la main-d’oeuvre en tête. En attendant, bonne saison à tous et toutes.