Jocelyn Lessard

Savez-vous jouer au trou du cul ?

29 Sep. 2014

Je m’excuse à l’avance auprès des lecteurs, cet éditorial est léger et a été écrit au moment de la transition entre les vacances et le retour au travail.

Jeu de cartes

Pendant ces vacances, nous avons fait un grand rassemblement familial sur l’autre continent. Mes enfants, exceptionnellement présents, ont enseigné le jeu de trou du cul au reste de la famille.

La grande majorité d’entre vous connaissez le jeu, mais, pour les autres, je vous résume les principales règles. Le nombre de joueurs idéal est de quatre personnes. L’un des joueurs est le président. Il a tous les avantages. Il échange ses pires cartes contre les meilleures du trou du cul. C’est lui qui débute la partie. À l’autre extrême, le trou du cul se fait vider son jeu, joue le dernier et il doit faire le ménage en ramassant les cartes de chaque pli. Entre ces deux joueurs, avec un rôle intermédiaire, se trouve le vice-président et le vice-trou du cul. La règle oblige la surenchère pour jouer et certaines cartes maîtresses dominent. Le premier qui n’a plus de carte reste ou devient président pour le prochain tour et le dernier demeure ou devient trou du cul.

Le trou du cul du régime forestier

Vous le comprendrez, je me permets de caricaturer notre système en exagérant le trait. En fait, c’est en lisant une lettre réponse que le parallèle m’a frappé en revenant de vacances. En forêt, le président joué par le MFFP, le vice-président l’industrie forestière et le trou du cul par les entreprises d’aménagement forestier.

Le président édicte toutes les règles et il arbitre toutes les demandes, mais il joue lui-même. Il y a plusieurs variantes au jeu en fonction des différentes activités qui impliquent plus ou moins de joueurs. Par exemple, pour la récolte, le MFFP a même adapté le jeu pour avoir aussi le droit de piger dans le jeu du vice-président. Pour ne pas trop lui déplaire, il lui a permis aussi de piger dans celui du trou du cul. Pour la sylviculture non commerciale, le MFFP a donné pratiquement le même pouvoir à son vice-président, ici assumé par Rexforêt. Il accepte, avec gentillesse, de dialoguer avec le trou du cul pour réviser souvent les règles. Cela fera durer la partie plus longtemps. Depuis la mise en œuvre du nouveau régime forestier, l’industrie n’a plus le droit de jouer à cette table. On se demande maintenant comment l’impliquer à nouveau pour les éclaircies de plantation.

Le jeu de cartes est passionnant parce que le hasard de la distribution et la stratégie permettent parfois au trou du cul de s’élever dans la hiérarchie et parfois même de devenir président. C’est ce qui donne du piquant au jeu. Dans le régime forestier, il ne semble pas être possible de changer de place.

Aux cartes, quand un joueur reste trop longtemps trou du cul, il se lasse et la partie s’arrête. Dans le régime forestier, c’est un peu la même chose, sauf que l’on doit chercher un autre trou du cul pour prendre la place du partant; la partie doit continuer. On dira de celui qui est parti qu’il jouait mal et qu’il cache maintenant ses faiblesses avec un discours de victime. En regardant du coin de l’œil sur d’autres tables, on a même parfois l’impression que certains trou du cul obtiennent de meilleures considérations du vice-président pour démontrer que le jeu est agréable et que certains trou du cul sont heureux dans leur rôle.

Trouver un autre jeu ?

Je suis conscient que les acteurs du régime forestier ont chacun un rôle à jouer et qu’ils l’assument tous de manière la plus efficace possible. Le secteur est toujours en crise et personne n’a de cadeau à faire quand sa survie est menacée. Il me semble pourtant qu’il y a de l’espace pour mieux travailler ensemble.

Comme si nous faisions tous partie de la même chaine de valeur et que nous voulions ensemble en optimiser la valeur. J’ai l’impression que si nous n’arrivons pas à une meilleure intégration et à une plus grande efficacité de système, un de ces jours, il n’y aura plus personne dans la chaise du trou du cul.

Je vous promets d’être plus sérieux dans la prochaine édition et de ne plus écrire trou du cul une seule fois de toute la prochaine année.