Jocelyn Lessard

Une grille de taux adaptée à la forêt privée

7 Avr. 2016

Le Bureau de mise en marché des bois (BMMB) vient de conclure une période de consultation proposant l’adoption d’une grille de taux unique applicable en forêt privée. Parce que plusieurs de nos membres sont impliqués dans cette tenure et que cette proposition entraîne une petite révolution, la Fédération l’a attentivement analysée.

Supporter le consensus en faveur d’une grille unique

Les partenaires de la forêt privée faisaient consensus sur cette proposition d’en venir à une seule grille pour toute la province. La Fédération l’appuie sans réserve. Cette façon de faire permettra aux régions d’économiser des ressources.

Il est en effet complexe et coûteux d’établir une grille reposant sur des analyses rigoureuses pour que les taux couvrent adéquatement les coûts réels des travaux. Les organisations les plus compétentes en région pour documenter les coûts et soutenir les propositions d’ajustements étaient souvent accusées d’être en conflit d’intérêt. Le fait de transférer le mandat à une organisation neutre et crédible comme le BMMB constitue une alternative idéale pour clore ces remises en question.

S’inspirer de la forêt publique

Le BMMB détient une grande expertise pour établir la valeur des traitements sylvicoles en forêt publique. Depuis plusieurs années, le MFFP, maintenant via le BMMB, étoffe ses analyses en se basant sur des études de coûts et de productivité et des données de marché. Les taux qui sont établis sont adaptés à la forêt publique québécoise. Ils ne peuvent pas être transposés intégralement en forêt privée, mais la nouvelle grille de la forêt privée doit s’appuyer sur l’expertise développée par le BMMB en forêt publique.

La forêt publique comporte de grandes différences entre les régions et entre chaque peuplement de même appellation. La variabilité est si grande qu’il est impossible d’établir un taux unique. Prendre une moyenne donne deux résultats: trop élevé ou trop bas. Le BMMB a intégré cette difficulté depuis longtemps et il a construit la grille de forêt publique en déterminant les variables qui influencent les coûts et en ébauchant des équations qui en tiennent compte. Le taux est adapté à chaque peuplement, même si ce n’est jamais parfait.

Nous ne comprenons pas pourquoi cette logique n’a pas été utilisée pour construire la grille de forêt privée. Nous proposons de l’introduire dès le 1er avril 2016 en prenant les équations de la forêt publique. Par la suite, les équations seront raffinées pour les adapter au contexte particulier de la forêt privée. Nous ne croyons pas que l’argument de réduire les frais techniques en forêt privée en prenant des taux uniques tienne la route. Les conseillers devront faire des inventaires de toute façon pour s’assurer de respecter les balises techniques.

Ces inventaires servent aussi à conserver un historique précis des peuplements traités. Toutefois, à cause des faibles superficies, il faut être prudent pour ne pas alourdir les processus techniques, par exemple, en s’entendant pour vérifier le plan de sondage plutôt que refaire des vérifications parallèles.

Soutenir la récolte de bois

L’analyse du projet de grille unique soumis à la consultation a amené rapidement la Fédération à conclure que si elle était appliquée intégralement, elle réduirait la capacité des acteurs de soutenir les activités de récolte de bois.

Dans le contexte où tous s’entendent pour augmenter le prélèvement en forêt privée, cette conséquence n’était pas recherchée. Pour cette raison, la FQCF a proposé plusieurs ajustements, dont le plus important consiste à faire en sorte que les conseillers forestiers puissent continuer à offrir un encadrement professionnel pour les traitements qui ont été retirés des activités admissibles.

Nous préconisons aussi de maintenir plusieurs traitements destinés à mettre en valeur la forêt feuillue. Nous souhaitons aussi que la ligniculture continue d’être supportée par le programme d’aide à la mise en valeur de la forêt privée.

Ne pas perdre les bénéfices de la régionalisation

L’abandon des grilles de taux de chaque région va induire un changement profond dans le fonctionnement des agences. Il faudra réussir à préserver le climat de partenariat entre les différents acteurs sur une base régionale. La discussion sur les taux n’est plus nécessaire, mais les partenaires devront trouver les bons leviers pour poursuivre la concertation visant la mise en valeur optimale de leurs forêts privées