Alain Paradis

Vers la fqcf 2.0

12 Mai. 2015

Le congrès de la FQCF a été très stimulant, notamment en permettant d’adopter le plan stratégique 2015-2020. En voici ma rapide synthèse.

Une décision importante des membres

Réunis en assemblée générale annuelle, les membres ont pris la décision unanime d’adopter le plan stratégique du réseau pour la période 2015-2020. Il y a eu beaucoup de travail en amont pour en arriver à cette décision. L’analyse des environnements interne et externe démontre que le contexte d’affaires du secteur forestier demeure hostile et que nous ne sommes pas encore suffisamment équipés pour y faire face.

La décision de l’assemblée générale constitue une rupture avec ce qui prévalait dans le réseau. Les membres ont compris qu’il est impossible d’appliquer la même recette parce que notre réseau connait un déclin. Certes, les ennuis du secteur forestier expliquent en grande partie ce déclin, mais les coopératives forestières peuvent et doivent faire mieux.

Si l’on voulait décrire en peu de mots la décision qui a été prise, on dirait que les coopératives ont décidé d’utiliser toute la force disponible dans leur réseau.

Plus concrètement, les membres ont pris deux décisions fondamentales. La première, et la plus importante, consiste à s’imposer davantage d’obligations. Individuellement, les coopératives sont toutes très attachées à leur autonomie, mais elles souhaitent que le niveau de performance augmente dans les autres coopératives et elles acceptent le compromis de s’imposer des engagements communs pour que tous progressent à la même vitesse.

La deuxième consiste à mettre en commun davantage de ressources pour donner à la Fédération les moyens de mettre en oeuvre le plan stratégique. Dans le contexte actuel, ce n’est pas un mince engagement.

Il démontre la volonté des membres de changer véritablement de registre. Cela ne changera pas l’environnement d’affaires qui montre toujours des signes inquiétants. Ce n’est pas facile d’évoluer entre un régime forestier qui diminue l’agilité des acteurs et qui tarde à corriger ses lacunes et les marchés des produits forestiers qui ne retrouvent pas le tonus dont nous avons besoin.

Par contre, la Fédération a en main un plan, des ressources pour le mettre en oeœuvre, une équipe formidable et des partenaires intéressants et impliqués pour mieux soutenir les coopératives. C’est le pari que nous venons de prendre. La coopération est notre force et nous allons le démontrer au cours des prochaines années.

Un déroulement sans faille, un contenu riche et adapté et beaucoup de plaisir

La décision de l’assemblée générale a été prise à la conclusion du congrès qui nous y préparait. Vous trouverez dans les pages du journal plus de détails sur le déroulement, mais je veux vous préciser mon appréciation. J’adore le précongrès. Nous profitons de la présence des représentants des coopératives pour échanger sur une base plus informelle dans plusieurs rencontres.

Les ateliers sont aussi très stimulants. Nous en profitons pour faire le point autour des projets pilotés par la Fédération et pour entendre plusieurs experts externes qui nous permettent de parfaire nos connaissances et d’échanger entre nous. La thématique avait été choisie pour compléter le processus de planification stratégique. J’ai personnellement beaucoup apprécié le contenu des conférences. Elles m’ont amené à réfléchir et à réaliser que notre réseau se privait jusqu’à maintenant d’une force que nous n’avons pas les moyens de négliger. J’ai bien apprécié aussi que ces conférenciers évitent de nous donner des leçons.

La présence de deux ministres qui se sont adressés à nos congressistes a aussi été appréciée. Ils sont venus partager avec nous leur lecture de la situation du secteur forestier en nous donnant des raisons d’espérer. Nos gouvernements ont toujours à coeur le secteur forestier.

La remise des mérites a aussi été formidable. Je connaissais assez peu Damien Arsenault, mais son enthousiasme pour les coopératives forestières est rafraichissant. Je me considère aussi comme très privilégié d’avoir pu remettre le mérite coopératif à Claude Dupuis qui a tellement donné pour renforcer notre réseau.

Je conclus en soulignant à quel point je trouve important d’avoir l’occasion de rencontrer les représentants des coopératives et de très nombreux partenaires tant de la communauté coopérative que de celle du secteur forestier. Un très grand merci à nos commanditaires et à notre dynamique équipe pour avoir si bien organisé ce congrès.